NetCancer vous résume les nouveautés dans les AMM et les AAP chaque mois.

Que s’est-il passé au mois de Novembre 2022 ?

Une autorisation d’accès précoce :

• Trastuzumab deruxtecan

Un accès précoce pré-AMM a été accordé au trastuzumab deruxtecan en monothérapie dans le traitement du cancer du sein HER2 faible (IHC 1+ ou IHC 2+/ISH-). Cet accès précoce est destiné aux patients adultes atteints d’un cancer métastatique ou non résécable. Le médicament est donné a posteriori d’un traitement systémique pré-métastatique ou à des patients ayant fait une rechute dans les 6 mois après une chimiothérapie adjuvante. De plus, tous les patients RH+ doivent avoir reçu une hormonothérapie ou y être inéligibles.

Plusieurs extensions d’AMM européenne :

• Cémiplimab (anti-PD-1)

Le cémiplimab bénéficie d’une extension d’autorisation de mise sur le marché européenne en monothérapie dans le cancer du col de l’utérus. Celle-ci concerne les patients adultes en rechute ou métastatique, pendant ou après eu une chimiothérapie à base de sel de platine.

• Zanubrutinib

Cet inhibiteur de la tyrosine kinase de Bruton a obtenu ce mois-ci deux extensions d’autorisation de mise sur le marché dans l’Union européenne. L’une dans le traitement de première ligne de la leucémie lymphoïde chronique ou en cas d’une maladie réfractaire ou en rechute.

La seconde obtention d’extension d’AMM du zanubrutinib concerne le lymphome de la zone marginale chez l’adulte après une première ligne par anti-CD20.

Que s’est-il passé au mois d’Octobre 2022 ?

Une extension d’AMM européenne :

• Axicabtagène ciloleucel

Le CAR-T cell axicabtagène ciloleucel bénéficie d’une deuxième extension d’autorisation de mise
sur le marché européenne dans le traitement du lymphome diffus à grandes cellules B et du
lymphome de haut grade à cellules B qui rechutent dans les 12 mois suivant la fin d’une chimio-
immunothérapie de première ligne ou sont réfractaires à celle-ci, chez l’adulte.

Axicabtagène ciloleucel est actuellement le premier et seul traitement par thérapie CAR-T cells
autorisé dans cette indication. Pour rappel, la première extension d’AMM a été obtenue en juin
2022 pour le traitement du lymphome folliculaire de l’adulte, réfractaire ou en rechute, après au
moins trois lignes de traitement systémique.

Que s’est-il passé au mois de Septembre 2022 ?

Une autorisation de mise sur le marché :

• Nivolumab + Relatlimab
L’association Nivolumab + Relatlimab a obtenu une AMM dans le traitement de 1ère ligne du mélanome non résécable ou métastatique chez les adultes et les adolescents âgés de 12 ans et plus avec une expression des cellules tumorales inférieure à 1%. Il s’agit de la première combinaison d’anticorps bloquant LAG-3 homologuée dans le mélanome avancé dans l’Union européenne.

Plusieurs autorisations d’accès précoce :

• Pembrolizumab
Une autorisation d’accès précoce a été attribuée au pembrolizumab en association à une chimiothérapie avec ou sans bévacizumab pour le traitement des patientes adultes atteintes d’un cancer du col de l’utérus persistant, récidivant ou métastatique, dont les tumeurs expriment PD-L1 avec un score CPS supérieur ou égal à 1.

• Lisocabtagene maraleucel
Un accès précoce a été accordée à la thérapie CAR-T Lisocabtagene maraleucel dans le traitement des patients adultes atteints :
– d’un lymphome diffus à grandes cellules B (LDGCB)
– d’un lymphome de haut grade à cellules B (LHGCB)
– d’un lymphome médiastinal primitif à grandes cellules B (LMPGCB)
Les patients doivent être réfractaires ou en rechute dans les 12 mois suivant un traitement de première ligne et éligibles à une autogreffe de cellules souches hématopoïétiques (CSH).

• Téclistamab
Une autorisation d’accès précoce a été octroyée à l’anticorps bispécifique le Téclistamab en monothérapie dans le traitement du myélome multiple en rechute ou réfractaire pour les adultes ayant reçu, parmi les trois traitements précédents :
– un inhibiteur du protéasome,
– un agent immunomodulateur
– et un anticorps monoclonal anti-CD38
et dont la maladie a progressé pendant le dernier traitement, lorsque toutes les options thérapeutiques ont été épuisées (hors thérapies cellulaires).

• Durvalumab
Un accès précoce pré-autorisation de mise sur le marché a été accordé au durvalumab en association avec une chimiothérapie à base de gemcitabine/cisplatine dans le traitement de première ligne des patients adultes atteints d’un cancer des voies biliaires non résécable ou métastatique.

Que s’est-il passé au mois d’Août 2022 ?

Des autorisations d’accès précoce :

• Axicabtagène ciloleucel
Un accès précoce pré-AMM a été accordé à la thérapie CAR-T Axicabtagène ciloleucel dans le lymphome diffus à grandes cellules B par la HAS.
L’accès précoce porte précisément sur le traitement des adultes atteints de lymphome diffus à grandes cellules B, réfractaires ou en rechute dans les 12 mois après la fin d’un traitement de première ligne et éligibles à une chimiothérapie de rattrapage suivie d’une chimiothérapie d’intensification en vue d’une autogreffe de cellules souches hématopoïétiques.

• 177Lu-PSMA-617
Une autorisation d’accès précoce a été accordée à la radiothérapie interne vectorisée 177Lu-PSMA-617 dans le traitement des adultes atteints d’un cancer de la prostate progressif, métastatique, résistant à la castration, exprimant des récepteurs au PSMA et qui ont été traités par une chimiothérapie par taxane (pour les patients éligibles) et au moins une hormonothérapie dite de seconde génération.

• Nivolumab
Un accès précoce a été octroyé au nivolumab en monothérapie dans le traitement adjuvant des adultes atteints de carcinome urothélial infiltrant le muscle à haut risque de récidive après exérèse complète dont les cellules tumorales expriment PD-L1 à un seuil supérieur ou égal à 1% et qui ont déjà reçu une chimiothérapie néoadjuvante ou qui n’ont pas reçu de telle chimiothérapie mais sont non éligibles ou ont refusé une chimiothérapie adjuvante à base de cisplatine.

• Trastuzumab deruxtecan
Un accès précoce a été accordé a accordé un accès précoce à l’anticorps monoclonal combiné à l’agent cytotoxique trastuzumab deruxtecan en monothérapie à partir de la troisième ligne de traitement dans le traitement des adultes présentant un adénocarcinome de l’estomac ou de la jonction œsogastrique HER2 positif localement avancé ou métastatique, par la HAS. Il dispose d’une autorisation de mise sur le marché conditionnelle depuis janvier 2021 dans le cancer du sein HER2+ non résécable ou métastatique en troisième ligne et plus et a obtenu un accès précoce en France en deuxième ligne en mai.

Des autorisations de mise sur le marché :

• Nivolumab
La Commission européenne a accordé une autorisation de mise sur le marché européenne à l’antinéoplasique melphalan flufénamide en quatrième ligne dans le myélome multiple.
L’indication exacte est une utilisation en association à la dexaméthasone dans le traitement des patients adultes atteints d’un myélome multiple qui ont reçu au moins trois lignes de traitement et dont la maladie est réfractaire à au moins un inhibiteur du protéasome, un immunomodulateur et un anticorps monoclonal anti-CD38 et qui ont connu une progression de la maladie lors ou après le dernier traitement

• Téclistamab
Une autorisation de mise sur le marché conditionnelle dans l’Union européenne (UE) a été accordé à l’anticorps bispécifique Téclistamab en sous-cutané dans le traitement du myélome multiple en rechute ou réfractaire.
Le médicament, autorisé en monothérapie, est destiné à des patients qui ont déjà reçu au moins trois lignes de traitement, y compris un agent immunomodulateur, un inhibiteur du protéasome et un anticorps anti-CD38, et qui ont connu une progression de la maladie lors du dernier traitement.

• Asciminib
Une autorisation de mise sur le marché européenne a été accordé au Asciminib dans le traitement de la leucémie myéloïde chronique (LMC) Ph+ en phase chronique chez les patients adultes qui ont déjà reçu au moins deux inhibiteurs de tyrosine kinase (ITK).
Scemblix* est le premier traitement de la LMC qui cible spécifiquement la poche myristoyl (STAMP) de la protéine BCR-ABL ce qui offre une nouvelle option de traitement pour les patients présentant une intolérance ou une résistance aux ITK disponibles.

Que s’est-il passé au mois de Juillet 2022 ?

Une autorisation d’accès précoce :

     • Vénétoclax + Obinutuzumab
L’association a obtenu un accès précoce post-AMM dans le traitement des adultes atteints d’une leucémie lymphoïde chronique (LLC) non précédemment traités, inéligibles aux inhibiteurs de la tyrosine kinase de Bruton (BTK) et soit :
– inéligibles à un traitement à base de fludarabine
– présentant une délétion 17p et/ou une mutation TP53.

Deux extensions d’AMM européenne

     • Trastuzumab deruxtécan
L’anticorps conjugé trastuzumab deruxtécan bénéficie d’une extension d’autorisation de mise sur le marché européenne en monothérapie après au moins une thérapie anti-HER2 dans le cancer du sein métastatique ou non résécable HER2+ de l’adulte.
• Selinexor
Le selienxor a obtenu une une extension d’autorisation de mise sur le marché dans l’Union européenne dans le traitement de deuxième ligne du myélome multiple chez l’adulte en association avec le bortézomib et la dexaméthasone.

Que s’est-il passé au mois de Juin 2022 ?


Le mois de juin est riche en termes d’innovation.

Deux nouvelles AMM ont été octroyées :

     • Une AMM conditionnelle européenne pour  l’anticorps monoclonal mosunétuzumab, dans le traitement du lymphome folliculaire récidivant ou réfractaire chez les adultes ayant déjà reçu au moins deux traitements systémiques.

     • Une AMM pour le capmatinib, un inhibiteur de tyrosine kinase, dans le traitement en monothérapie de deuxième ligne des patients atteints d’un cancer du poumon non à petites cellules (CBNPC) avancé avec une mutation du gène MET.

Plusieurs autorisations d’accès précoce ont été autorisées :

     • Enfortumab vedotin : après extension d’indication en février 2022, un accès précoce post-AMM a été accordé pour l’enfortumab vedotin. L’indication porte sur les patients atteints de carcinome urothélial localement avancé ou métastatique ayant reçu précédemment une chimiothérapie à base de sels de platine et un inhibiteur du récepteur de mort programmée-1 ou un inhibiteur du ligand du récepteur de mort programmée.

     • Ciltacabtagène autoleucel : après l’obtention d’une AMM en mai 2022, un accès précoce post-AMM a été accordé à l’immunothérapie CAR-T Ciltacabtagène autoleucel dans le traitement de patients adultes atteints d’un myélome multiple en rechute ou réfractaire ayant reçu au moins trois traitements antérieurs incluant :
– un agent immunomodulateur
– un inhibiteur du protéasome
– un anticorps anti-CD38

     • Tisagenlecleucel : un accès précoce post-AMM a été accordé au tisagenlecleucel pour le traitement du lymphome folliculaire réfractaire ou en rechute chez l’adulte après au moins deux lignes de traitement.

Des extensions d’indication concernant :

     • L’atézolizumab : l’extension d’indication de l’atézolizumab porte sur le traitement adjuvant du CBNPC, après une résection complète et une chimiothérapie à base de platine, chez les adultes présentant un risque élevé de récidive, dont les tumeurs présentent une expression de PD-L1 sur la moitié des cellules tumorales ou plus et dont le cancer n’a pas les mutations EGFR ou ALK+..

     • Le pembrolizumab : après une autorisation de l’accès précoce dans le cancer de l’endomètre et du sein triple négatif, le pembrolizumab a obtenu une troisième indication dans le mélanome en tant que traitement adjuvant en monothérapie présentant un mélanome de stade IIB.

     • Axicabtagène ciloleucel : après une autorisation d’accès précoce en avril 2022, l’axicabtagène ciloleucel a obtenu une extension d’indication qui porte sur le traitement du lymphome folliculaire de l’adulte, réfractaire ou en rechute, après au moins trois lignes de traitement systémique.

     • Selpercatinib : Après une autorisation d’accès précoce, le selpercatinib obtient une extension d’AMM qui concerne la première ligne dans le traitement des patients adultes atteints d’un cancer du poumon non à petites cellules (CBNPC) avancé présentant une fusion du gène RET, non précédemment traités par un inhibiteur de RET.

On peut ainsi noter que depuis mai 2022, on observe une accélération des innovations pour le traitement du lymphome folliculaire récidivant ou réfractaire après au moins deux ou trois lignes de traitement systémique. Les autorités de santé ont  accordé un accès précoce post-AMM pour le Tisagenlecleucel  et une extension d’indication pour l’Axicabtagène ciloleucel, deux traitement par cellules CAR-T; ainsi qu’une AMM conditionnelle européenne pour le Mosunétuzumab.

Que s’est-il passé au mois de Mai 2022 ?


Plusieurs autorisations d’accès précoce :

     • Selpercatinib est en accès précoce en monothérapie dans l’indication du cancer médullaire de la thyroïdes (CMT) avancé présentant une mutation du gène RET chez les patients adultes et des adolescents à partir de 12 ans qui nécessitent un traitement systémique après un traitement par vandétanib et/ou cabozantinib.

     • 18FPSMA-1007 est destiné au diagnostic chez les patients en récidive biologique d’un cancer de la prostate dans le cadre d’une tomographie par émission de positrons (TEP).

     • Sotorasib : l’autorisation porte sur le traitement, en monothérapie, des patients atteints d’un cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) avancé présentant la mutation KRAS G12C, dont la maladie a progressé après au moins une ligne de traitement systémique antérieur.

     • Amivantamab : autorisation d’accès précoce octroyée dans l’indication en monothérapie dans le traitement des patients adultes atteints d’un cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) avancé avec mutations activatrices du récepteur du facteur de croissance épidermique (EGFR) par insertion dans l’exon 20. L’accès précoce est donné en monothérapie, après échec d’un traitement à base de sels de platine.

Des extensions d’AMM concernant :

     • Polatuzumab vedotin : L’indication porte sur une association avec le rituximab, le cyclophosphamide, la doxorubicine et la prednisone (R-CHP) en première ligne dans le lymphome diffus à grandes cellules B (LDGCB) chez les patients adultes qui n’ont pas été traités précédemment.

     • Cabozantinib : L’extension d’indication porte sur le traitement de deuxième ligne du carcinome thyroïdien différencié, localement avancé ou métastatique, réfractaire ou non éligible au traitement par l’iode radioactif chez l’adulte qui a progressé après une thérapie systémique antérieure.

Deux AMM ont été octroyées :

     • Ciltacabtagène autoleucel : L’obtention de l’AMM dans l’Union européenne de l’immunothérapie CAR-T cible BCMA et est indiquée dans le myélome multiple de l’adulte en rechute ou réfractaire après au moins trois traitements antérieurs dont un inhibiteur du protéasome, un immunomodulateur et un anticorps anti-CD38, et en cas de progression lors du dernier traitement.

     • Relugolix : autorisation de mise sur le marché centralisée à l’antagoniste de la GnRH dans le traitement du cancer avancé de la prostate hormono-sensible chez les patients adultes.

 

Que s’est-il passé au mois d’Avril 2022 ?

Une autorisation d’accès précoce attribuée à une thérapie CAR-T :

     • Axicabtagene ciloleucel dans le lymphome folliculaire en rechute ou réfractaire, après au moins trois lignes de traitement systémique

Un médicament a obtenu une autorisation de mise sur le marché :

     • Lisocabtagene maraleucel une thérapie CAR-T pour le traitement du lymphome diffus à grandes cellules B, du lymphome médiastinal primitif à grandes cellules B et du lymphome folliculaire de grade 3B chez l’adulte, en rechute ou non répondeur après au moins deux lignes de traitement systémique

 

Que s’est-il passé au mois de Mars 2022 ?

Une autorisation d’accès précoce attribuée à une association d’un anticorps monoclonal et d’une thérapie ciblée moléculaire (inhibiteur de tyrosine kinase) :

     • Pembrolizumab + Lenvatinib dans le cancer de l’endomètre

Une immunothérapie reçoit une nouvelle autorisation d’accès précoce :

     • Pembrolizumab (+ chimiothérapie) en néoadjuvant puis en adjuvant post chirurgie dans le cancer du sein triple négatif localement avancé

Une extension d’indication concerne un médicament inhibiteur de kinase :

     • Avapritinib dans le traitement de la mastocytose systémique

 

Que s’est-il passé au mois de Février 2022 ?

Plusieurs médicaments ont obtenu une autorisation de mise sur le marché :

     • Tépotinib dans le CBNPC avec la présence d’un saut de l’exon 14 de MET (ITK)

     • Tebentafusp dans le mélanome uvéal (une protéine de fusion bispécifique TCR/Anti-CD3)

     • Telugolix dans le traitement du cancer avancé de la prostate hormono-sensible (un antagoniste du récepteur de la GnRH)

Une autorisation d’accès précoce implique un anticorps monoclonal :

     • Tafasitamab dans le lymphome diffus à grande cellules B (anti CD-19)

Une association de trois substances actives obtient une extension d’indication :

     • Tégafur + Giméracil + Otéracil en monothérapie ou en association à l’oxaliplatine ou à l’irinotécan, avec ou sans bévacizumab, pour le traitement des patients atteints d’un cancer colorectal métastatique

Une extension d’indication concerne plusieurs médicaments :

     • Abémaciclib en association avec un traitement endocrinien en adjuvant chez les adultes atteintes d’un cancer du sein précoce à haut risque de récidive HR+/HER2- et présentant des ganglions (inhibiteur de CDK4/6)

     • Nivolumab + Ipilimumab dans le traitement de première ligne des adultes atteints d’un carcinome épidermique de l’oesophage avancé non résécable, récurrent ou métastatique, avec une expression PD-L1 des cellules tumorales supérieure ou égale à 1% (double immunothérapie)

     • Enfortumab vedotin dans le cancer urothélial localement avancé ou métastatique qui ont déjà reçu une chimiothérapie à base d’un sel de platine et un anti-PD-1 ou anti-PD-L1 (anticorps médicament)

 

 

Que s’est-il passé au mois de Janvier 2022 ?

Première autorisation d’un médicament dans le CBNPC avec mutation KRAS G12C, 6 mois après l’ATUc : le sotorasib.

Plusieurs molécules voient leurs indications s’agrandir :

     • Lorlatinib en 1L du cancer bronchique non à petites cellules avec réarrangement ALK +

     • Pembrolizumab dans le CCR après une néphrectomie (à fort risque de rechute)

     • Avapritinib dans le traitement des mastocytoses systémiques avancées

Le mois de janvier est également riche en nouveautés non médicamenteuses comme la découverte de deux marqueurs prédictifs de la toxicité sous immunothérapie par inhibition de points de contrôle, la mise en application d’une nouvelle technique de radiothérapie par prontothérapie couplée à un scanner 3D.

Les CAR-T confirment leur efficacité et démontrent une plus faible toxicité en vie réelle par rapport aux études cliniques.

 

Que s’est-il passé au mois de Décembre 2021 ?

Deux molécules ont obtenu une autorisation de mise sur le marché :

     • Fosnétupitant + palonosétron, un antiémétique nouvellement dosé pour lutter contres les nausées et vomissement chimioinduites

     • Amivantamab dans le cancer bronchique non à petites cellules avec insertion dans l’exon 20 (Anticorps bispécifique EGFR/MET)

Un radio-ligand reçoit une autorisation d’accès précoce (pré-AMM) :

     • Lutécium vivipotide tetraxetan dans le cancer de la prostate métastatique

Des résultats encourageants issus de nombreuses études cliniques ont été présentés durant le congrès de la Société Américaine d’Hématologie (ASH)

Une thérapie par CAR T cell obtient une autorisation d’accès précoce (post-AMM) :

     • Idecabtagene vicleucel dans le myélome multiple (CAR T anti BCMA)

 

Que s’est-il passé au mois de Novembre 2021 ?

Une première autorisation en Europe pour la combinaison du pembrolizumab et du lenvatinib dans le carcinome de l’endomètre. Cette combinaison obtient également l’autorisation en 1L dans le carcinome rénal.

Suite à l’avis favorable de l’EMA en septembre 2021, ces 3 molécules ont obtenu une AMM en novembre :

     • Pralsétinib dans le cancer du poumon non à petites cellules (CBNPC) – fusion RET

     • Riprétinib dans les tumeurs stromales gastro-intestinales (GIST)

     • Zanabrutinib dans la macroglobulinémie de Waldenström

L’accès précoce du sacituzumab govitecan de septembre 2021 devient une AMM dans le cancer du sein triple négatif ce moi-ci.

 

Que s’est-il passé au mois d’Octobre 2021 ?

Que s’est-il passé au mois de Septembre 2021 ?